Scroll to top

Le millésime 2019 est-il un grand millésime ?

« Météo extrême, production en baisse mais les raisins sont prometteurs » nous disaient les vignerons en octobre 2019. Depuis les dégustations de primeurs bordelais et bourguignons ont donné le ton. La concentration et les équilibres sont là : maturité, générosité mais aussi acidité naturelle et grande gourmandise. Aurélia Reis, sommelière et formatrice en vins, fait le point sur ce millésime 2019.

Au fil des décennies, les années en 9 nous laissent penser qu’elles portent chance. Pourtant, 2019 fut un millésime de contrastes climatiques extrêmes : un printemps compliqué avec épisodes de gel puis un été aux températures caniculaires et une sécheresse extrême dans certaines régions habituées à beaucoup plus de fraîcheur. Heureusement, début septembre, le retour à la fraîcheur et l’humidité est venu assurer la sérénité des vendanges avec de très belles maturités. La production, par contre, est une des plus faibles de ce cinq dernières années.

A la dégustation, les vins primeurs 2019 mettent ainsi en lumière un millésime de « vigneron », nécessitant une attention de tous les instants et un travail sans relâche à la vigne pour réagir efficacement en fonction des aléas climatiques et du terroir. Quoiqu’il en soit, la qualité des vins est au rendez-vous : les vins primeurs 2019 seront de très beaux flacons qui auront une place de choix dans la cave des amateurs de grands vins de Bordeaux mais également de Bourgogne, Vallée du Rhône et d’autres grandes régions françaises.

 

VINS DE BOURGOGNE MILLESIME 2019

2019 est une année singulière et fortement contrastée. Elle a apporté son lot de stress, avec des moments de tension dans beaucoup d’exploitations, pour finalement des vendanges qui se sont passées très sereinement. Une récolte moins généreuse en volume mais avec une très belle qualité des raisins. Résultat, les vins de Bourgogne 2019 enthousiasment les professionnels au-delà de leurs attentes. A Puligny-Montrachet, on parle même d’un « millésime fabuleux », avec des degrés extraordinaires et des acidités superbes malgré la canicule. Ceci, grâce aux derniers matins frais et aux rosées régulières qui ont conservé de très belles acidités, et promettent des vins de garde.

Bourgogne blancs 2019

Ce millésime franc, se caractérise par une grande pureté aromatique et un équilibre remarquable : la vivacité soutient une richesse en bouche bien présente. Les Chardonnays aux arômes flatteurs sur les agrumes et aux jus savoureux, conservent une très belle dynamique grâce à une trame acidulée.

Bourgognes rouges 2019

D’un rubis assez doux, les vins présentent une réelle élégance, avec des tanins souples et une agréable fraîcheur. La gourmandise est apportée par un fruit déjà bien marqué. Les Pinots Noirs sont raffinés, avec des arômes de fruits rouges gourmands, comme la cerise, soutenus, eux aussi par une belle fraîcheur. Ils laissent, dès à présent, une impression agréable et intense en bouche.

 

Vous avez dit millésime ?

Le mot «  millésime  » est utilisé pour qualifier les vins vendangés dans l’année. Un Gevrey-Chambertin 2019 a donc été cultivé, récolté et vinifié en 2019.
Le raisin est un fruit. Comme la pomme, ou l’abricot, il est sensible aux variations météorologiques. Ainsi, un vin cultivé sur les mêmes parcelles, riche du même terroir, n’aura pas le même goût d’une année sur l’autre. La pluie, la grêle, le vent, mais aussi le soleil et la chaleur ont un impact sur la vigne, et par conséquent sur le vin qui en découlera.

Pour élaborer un bon vin, de nombreuses conditions sont nécessaires et notamment, un printemps et un automne légèrement humides, pour que le sol puisse faire des réserves d’eau. Puis, un été ensoleillé, afin que les feuilles de vigne soient exposées à la photosynthèse et dopent la production de sucre des raisins. Enfin, un mois de septembre clément, afin de ne pas gorger les fruits d’eau avant les vendanges et assurer une parfaite maturité. Ce fut le cas pour le magnifique millésime 2010. Le résultat est flagrant  : tanins mûrs, acidité maîtrisée… Le millésime est parfaitement équilibré.

 

VINS DE BORDEAUX MILLESIME 2019

Quantités, fraîcheur, maturité, concentration, sucres et acidité : à Bordeaux, l’année 2019 réunit toutes les qualités d’un très bon millésime. Sur la rive gauche comme sur la rive droite ainsi que pour les liquoreux de Barsac ou de Sauternes, les vins Bordeaux Primeurs 2019 sont remarquables. Un vrai miracle !

En effet, contrairement à d’autres régions viticoles, les événements climatiques pour le millésime 2019 étaient bien moins extrêmes que pour l’année 2018 ou 2017. Menacés par le gel et par les vagues de chaleur, la majorité des vignobles ont échappé au désastre : «la chaleur ou la pluie arrivant toujours au meilleur moment ». Plusieurs propriétaires parlent de millésime miraculeux, soulignant la grande qualité des vins en 2019, notamment leur équilibre impressionnant.

La récolte a été à la fois belle et généreuse, offrant des raisins de petite taille, très concentrés, sucrés, dotés d’une belle richesse phénolique et d’une grande acidité, et aussi de degrés d’alcool élevés. Les raisins blancs notamment, ont affiché un niveau qualitatif exceptionnel, à la fois sucrés et acides, très aromatiques. Enfin, pour ce qui est des vins liquoreux, les quantités sont faibles du fait d’un développement difficile du botrytis, mais là aussi, les raisins sont très aromatiques, frais et gourmands. En résumé, tout était réuni pour produire un beau millésime en rouge et un millésime exceptionnel en blanc !

Au-delà de la qualité, 2019 fut aussi gâtée en termes de volume de production.
Thomas Soube, directeur de La Gaffelière déclare : “nous sommes chanceux d’avoir à la fois la qualité et la quantité cette année”. Alors qu’en 2018 les vignobles des deux rives étaient forcés de trier à cause de mildiou, et leurs rendements étaient plus faibles à cause de la chaleur, 2019 a pu échapper à ces deux fléaux. Un autre facteur contribuant à de bons volumes de production dans de nombreux vignobles est la condition particulièrement saine des raisins au moment des vendanges. Jean-Michel Laporte, directeur de Talbot, explique : “grâce à la santé impressionnante des grappes, il suffisait simplement de trier les toutes meilleures en 2019”.

Rive Gauche, Médoc : que ce soit à Pauillac, Saint-Estèphe, Saint-Julien ou Margaux, les vins Bordeaux primeurs 2019 sont magnifiques : le Merlot apporte rondeur et fruit éclatant tandis que le cabernet-sauvignon affiche une superbe complexité et une grande fraîcheur tant dans l’aromatique qu’en bouche. Structurés, les tanins présentent néanmoins une grande finesse tandis que l’acidité viendra garantir une exceptionnelle longévité en cave pour les plus patients.

Rive droite, de Saint-Émilion à Pomerol, plus hétérogène que dans le Médoc, les bordeaux primeurs les plus réussis sont d’une grande élégance : tension, charme et volupté du Merlot et du Cabernet-Franc.

Les liquoreux de Sauternes et Barsac 2019 sont remarquables de fraîcheur, de fruit et d’acidité en présentant un grand équilibre.

Enfin, les vins Bordeaux Blancs Secs Primeurs 2019 sont exceptionnels et dépassent même pour certains les très grands 2018 grâce à leur fraîcheur aromatique et en bouche, leur acidité élevée.

 

VINS DU RHONE MILLESIME 2019

Dans l’ensemble moins touchées par les baisses de production que bon nombre des vignobles français, les rendements offrent cette année aux vignobles de la Vallée du Rhône des récoltes assez proches de la moyenne décennale. Quelques exceptions, cependant : « Dans la partie septentrionale du Rhône, la récolte était particulièrement belle, notamment en Condrieu et Côte Rôtie qui allient quantité et qualité, a commenté Inter-Rhône. Saint Joseph, Cornas et Hermitage comptent sur des volumes proches de 2018, tout comme les Crus des Côtes du Rhône méridionales. En revanche, les quantités sont plus faibles en Crozes-Hermitage touchée principalement par un épisode de grêle au mois de juin dernier ».  Autres appellations en retrait, les Costières-de-nîmes, qui ont souffert de la canicule, et Grignan-les-Adhémars.

Pour ce qui est de la qualité, les premières dégustations, sont incroyablement prometteuses.

« 2019 a plus d’acidité que 2018 avec un fruit d’exception et une belle acidité, estime Mickaël Gerin, président de Côte Rôtie. Ce sera un grand millésime, à boire et de garde, sans doute un mixte de 2006 et 2017 ».

 

CHAMPAGNE MILLESIME 2019

Si comme partout ailleurs les débuts de l’année furent un peu compliqués, la Champagne a connu un été idéal (journées chaudes et ensoleillées, nuits fraîches avant les vendanges) permettant d’obtenir de belles maturités. Les vignerons de champagne prévoient la production de 306 millions de bouteilles en 2019, une bonne année en qualité et en quantité selon eux. Pour la dégustation, a patience sera de mise mais les vins clairs goûtés sur cuve u fût étaient bien prometteurs dans les grandes Maisons.

 

VINS DU BEAUJOLAIS MILLESIME 2019

La météo fût particulièrement compliquée dans le Beaujolais avec une grande hétérogénéité entre les zones qui ont été frappées différemment par le gel, le vent et la grêle. Le vignoble aura connu successivement : gel de printemps, sécheresse et grêle. Une météo qui a réduit la quantité de moitié par rapport au millésime 2018 et un rendement en chute de 25 % par rapport à la moyenne de ces cinq dernières années. Mais si les quantités récoltées sont modestes, la qualité est excellente : une bonne richesse des sucres et une acidité qui assure la fraîcheur emblématique du gamay.

 

VINS DE LA VALLEE DE LA LOIRE MILLESIME 2019

La vallée de la Loire n’a pas non plus été épargnée par les incidents météorologiques. Fortement touchée par le gel au printemps et par la canicule en juin, la région enregistre de nombreuses parcelles touchées par le phénomène de « grillure ». Finalement, ces aléas climatiques ont impacté les rendements, mais moins qu’attendus, avec une très forte hétérogénéité d’un vigneron à l’autre, d’une parcelle à l’autre. Salvatrices, les pluies de septembre ont eu un impact positif sur les baies, donnant de bonnes surprises comme sur le sauvignon, le chenin ou le cabernet franc.

Le millésime 2019 annonce des vins concentrés, structurés avec une acidité donnant de très beaux équilibres. Les vins sont dans la plus pure expression du style « ligérien » en adéquation avec les attentes des marchés : frais, gourmands, aromatiques.

Un Grand Millésime ?

Un grand millésime se définit par sa complexité, un grand bouquet aromatique et pour certains, par des vins puissants, tanniques, colorés. Mais il existe une part de subjectivité. La réputation et le prix d’un vin dépendent beaucoup de ce que vont en dire les courtiers, les négociants et la presse spécialisée, comme La Revue du vin de France et Wine Spectator. Dans les régions emblématiques comme le Bordelais ou la Bourgogne, ils viennent goûter ces vins jeunes — en novembre pour la Bourgogne et en mars lors des primeurs pour le Bordelais — et évaluent le millésime. Il y a un effet spéculatif qui peut naître ainsi d’une rumeur ; Le producteur ne va
pas avoir la même vision que l’acheteur ou le critique : pour lui, un grand millésime, c’est quand qualité et quantité se combinent.

Related posts